Fruits Rouges

« Oui mais quand même, la religion, c’est mal » Montée de l’islamophobie et banalisation du fémonationalisme par Mona Chollet

« Oui mais quand même,

la religion, c’est mal »

Montée de l’islamophobie

et banalisation du fémonationalisme

par Mona Chollet

Relayer l’information de la énième agression d’une femme voilée, ou les propos haineux tenus sur l’islam par la représentante d’une organisation pseudo-féministe, revient immanquablement à emboucher l’appeau à trolls religiophobes. Que des femmes soient insultées et tabassées, que le féminisme serve de leurre pour répandre et banaliser le racisme le plus crasse, tout cela, le/la religiophobe s’en moque : dans un pays où médias et politiques, de façon plus ou moins insidieuse, désignent à longueur de temps les musulmans comme la cause de tous les maux de la société, son seul sujet d’anxiété est que son droit à « critiquer la religion » soit garanti. Pour l’exprimer, il usera de subtiles gradations dans la virulence, de la simple protestation à l’éructation scatologique probablement censée traduire la hauteur à laquelle il plane dans l’éther philosophique inaccessible aux benêts qui voient du racisme partout : « Moi, je chie sur toutes les religions. »

Notez bien la perle argumentative que recèle cet étron déclaratif : il a dit « toutes les religions ». Ha, ha ! Vas-y, accuse-le de racisme maintenant ! Quand il défend les Femen ou les dessinateurs de Charlie Hebdo, le religiophobe fait valoir qu’ils ne peuvent pas être racistes, puisqu’ils s’en prennent autant aux cathos ou aux orthodoxes qu’aux musulmans : CQFD. Inutile d’aller lui expliquer que les religions ne sont pas de simples systèmes métaphysiques flottant dans la stratosphère, et qu’elles sont indissociables des populations qui s’en réclament ou qu’on y associe, de la culture, de la politique, de l’histoire, des rapports de domination entre groupes sociaux. Inutile de lui expliquer que s’en prendre à l’islam, religion pratiquée par des gens qu’il connaît mal, dont les ancêtres ont été colonisés par ses propres ancêtres, et qui sont discriminés dans la société française, ce n’est pas exactement la même chose que de critiquer la religion catholique, depuis toujours liée au pouvoir en France, et dont il a pu expérimenter à ce titre la nocivité dans sa propre histoire (idem pour la religion orthodoxe en Ukraine, patrie des Femen). Lire la Suite

Share

Génocide et propagande : un guide vous permet de détecter les « bonnes » victimes

Génocide et propagande : un guide vous permet de détecter les « bonnes » victimes
par Dominique Arias

 23 mai 2012

Vient de paraître chez Lux Editeur (Montréal), Génocide et Propagande, dernier ouvrage en date d’Edward S. Herman et David Peterson (préface de Noam Chomsky)

Nous recommandons chaudement la lecture de « Génocide et propagande ». S’il n’est pas trouvable chez le libraire du coin, on doit pouvoir le commander sur internet. En attendant la lecture de l’article de Dominique Arias vous fera patienter (Fruits rouges)

———

Depuis plus d’une dizaine d’années, notre site (Il s’agit de Investig’action-MichelCollon. info note de Fruits-rouges) est l’un des rares à publier régulièrement, en français, des articles d’Edward S. Herman (fréquemment co-écrits par David Peterson). Très proche et allié de longue date de Noam Chomsky, qui a lui aussi co-écrit plusieurs de ses ouvrages, Edward Herman est connu et apprécié (ou détesté) dans le monde entier pour ses analyses implacables et extrêmement documentées de la couverture médiatique des conflits internationaux.

Lire la Suite

Share