Fruits Rouges

MALI : un autre regard : la France est là pour maintenir l’ancien système

MALI : un autre regard : la France est là pour maintenir l’ancien système

 

Marche du MP22

Marche du MP22

 

« La France aujourd’hui est très dangereuse pour la situation actuelle au Mali. Elle n’est pas là pour le nord mais pour le maintien de l’ancien système »

 

Interview réalisée par Omar & Jawad d’ATTAC / CADTM

Maroc fin du mois de février 2013

avec les membres du secrétariat national du mouvement MP22 du Mali :

– Professeur Rokia Sanogo, présidente du MP22 au Mali

– Mme. Mariam Diawara, Avocate et Présidente du Club des avocats « Ahmed Sékou Touré »

– Mr Perygnama Sylla, membre secrétariat exécutif de MP22

OMAR : Nous vivons aujourd’hui une situation de désinformation totale par rapport à ce qui se passe chez vous au Mali. Nous avons pu à travers nos échanges depuis hier apprendre beaucoup de choses qui nous ont bouleversés et donc nous sommes là pour en savoir d’avantage.
Jawad : Pouvez-vous nous présenter votre mouvement MP22 ?
Rokia : Vous devez savoir que ce mouvement populaire comme son nom l’indique est l’aboutissement de tout un rassemblement de forces qui se battaient contre l’impérialisme donc on peut dire que c’était l’opposition au régime de ATT (Amadou Toumani Touré). Il est composé du parti SADI |1| qui était dans l’opposition parlementaire mais aussi d’autres partis d’opposition extraparlementaires ainsi que d’autres organisations comme la CAD Mali ou encore le club Ahmed Sékou Touré |2|, et d’autres organisations qui ne se reconnaissaient pas dans la manière dont était gouvernée le Mali. Lire la Suite
Share

Mali : Une arrestation rocambolesque ou quand l’état devient voyou

OUMARLes interventions écrites d’Oumar Mariko, authentique dirigeant de la gauche malienne sont relativement  (trop ?) rares. Aussi nous conseillons vivement la lecture de cette mise au point sur la Sécurité d’Etat et les « média-mensonges » qui montre dans quelles difficiles conditions doivent militer au Mali les camarades qui luttent pour un « autre monde ». FR

UNE ARRESTATION ROCAMBOLESQUE

OU QUAND L’ETAT DEVIENT VOYOU

par Dr Oumar MARIKO

(Secrétaire général du Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance, chargé des relations extérieores – BAMAKO)

Circonstances d’une arrestation préméditée

Le lundi 11 février 2013 je me suis rendu aux environs de 10h au Consulat du  Danemark pour y remplir les formalités d’obtention d’un visa en vue d’un séjour en Suède. Lorsque je suis sorti dudit Consulat aux environs de midi, deux individus louches m’apostrophèrent. Ils me demandèrent de les suivre à la Direction Générale de la Sécurité d’Etat, afin de rencontrer le colonel Sidi Alassane Touré (le Directeur Général). Je leur ai demandé s’ils étaient porteurs d’une convocation, ils m’ont répondu oui, mais ils ont ajouté qu’ils n’ont pas reçu l’autorisation de me la remettre. Ils me montrèrent juste un bout de papier plié sur lequel on pouvait apercevoir seulement mon nom, mon prénom et la mention « dès réception ». Lire la Suite

Share

Mali : bilan d’une année de désastre : Ils volent déjà notre pétrole au Nord.

Mali :

bilan d’une année de désastre :

Ils volent déjà notre pétrole au Nord.

 par Mohamed Coulibaly

L’agression du Mali, ce n’est plus un secret, a été un montage brinquebalant orchestré par la France de Nicholas Sarkozy, soutenue par les Etats-Unis de Bush à Obama, financée par leur ami commun du Qatar, instrumentalisé bien avant la campagne de Libye, et qui escompte au bout un retour sur investissement. En effet, il lui a été promis d’être, avec la firme TOTAL, aux avant-postes de l’exploitation frauduleuse du brut malien. Des informations de presse vérifiées avaient fait état du débarquement à Tessalit, par des cargos qataris, de matériels lourds qui n’étaient pas des armements. Il apparaît, selon des renseignements de source, qu’il s’agit d’équipements de forage de puits pétroliers. Ce qui n’était, pour moi, qu’une hypothèse, semble bien se vérifier à présent. En effet, cette histoire sans queue ni tête d’étrangers en semblant de « djihad » dans un pays musulman, sans précédent dans le monde, cache mal la razzia de l’or, noir et jaune, en cours dans le désert malien que les deux puissances nommées ont toujours convoité.

De la manière dont la France et ses alliés ont manœuvré sur le « Dossier du Sahel », en mettant les pauvres Chefs d’Etat de la CEDEAO en première ligne pour endosser des décisions hostiles au peuple malien, nous avions compris que les puissances bellicistes (France, Etats-Unis, Grande Bretagne) de l’OTAN cherchaient à gagner du temps. Curieux manège. On a pensé que le dilatoire servait à attendre les renforts de leurs mercenaires, à redéployer à la fin de la campagne de Syrie. Mais, tâchons de suivre le fil des évènements, ils sont révélateurs du stratagème.

Traitrise du Chef de l’état de l’époque…

Au départ, par la traîtrise du Chef de l’Etat de l’époque, chef suprême des armées, des jeunes soldats maliens sont massacrés à Aguel Hoc par des assaillants blancs, après un cas similaire à Abéibara, étouffé un an plutôt. Le gouvernement de Sarkozy applaudit, parlant de « succès militaire » du MNLA, qu’il venait de monter de toute pièce, son cheval de Troie. La chaîne qatari Al Jazzera diffusa en boucle les images de l’attaque, avec Iyad Ag Gahly, conduisant la prière. Tandis que les Maliens sont consternés par l’horreur, et que, ATT, le bonimenteur cherche à se disculper à la télévision, personne, nulle part, ne condamne l’odieux crime exhibé sur la toile comme un trophée de guerre.

L’agression du Mali est superbement ignorée par l’ONU

L’agression du Mali est superbement ignorée à l’ONU, caporalisée par les commanditaires. C’est lorsque le bachibouzouk est chassé du pouvoir, que commence l’élucubration outrancière des Occidentaux sur la légalité, dans un pays qu’ils savaient livrés aux bandits et hors-la-loi par un pouvoir corrompu, immoral, qui n’a cure de légalité, et dont chaque acte est entaché de vices. Ils avoueront eux-mêmes que la démocratie au Mali n’était qu’une farce, sans élection, qui n’a perdu que la façade. Malgré tout des charlatans de sombre dessein, se disant anti-putschs, continuent, sans honte, de parler de l’exemple démocratique malien. Ils ignorent, apprentis sorciers, que l’Armée est une composante de la société politique, et que l’institution militaire n’a pas vocation à gouverner, mais à arbitrer, si. L’Armée ne fait pas de politique, mais se mêle de politique, puisque son personnel vote, libre de sa conscience. Lire la Suite

Share

Mali : Le régime ATT expliqué aux Occidentaux et à… la diaspora

Publié à l’origine sous le titre « La crise au Mali expliquée aux Canadiens » cet article qui démystifie la démocrature qui s’est mis en place après la transition de 91-92 est passé largement inaperçu, circulant sur internet et  repris au Mali par infomatin et Maliactu. Nous le publions donc à l’intention de nos lecteurs qui prendraient le dossier Mali en cours… (Note de Fruits rouges)

LA CRISE AU MALI

EXPLIQUÉE AUX CANADIEN(NE)S

À force d’être répétés, les mensonges les plus effrontés finissent par devenir une vérité dans la tête des gens. Cette proposition paraît incontestable au regard de la situation actuelle au Mali! En effet depuis la remise du pouvoir, suite aux « élections » législatives et présidentielles en 1992, à Alpha Oumar KONARÉ par Amadou Toumani TOURÉ, alias ATT, alors à la tête du pays et du « Comité de Transition pour le Salut du Peuple (CTSP) », des spécialistes de la désinformation et de l’intoxication médiatique ne cessent de répandre dans l’opinion interne comme externe des mensonges au sujet d’ATT et de la « démocratie » au Mali. Sans la moindre considération pour l’opinion publique malienne subissant son régime extrêmement corrompu et au mépris de la condition d’existence de la très grande majorité de la population livrée à la disette, sans véritable couverture sanitaire et dont les enfants sont soumis, pas moins de 20 ans, aux affres de la déperdition scolaire, des médias exaltent ce maître avéré de la fourberie. Poussant leur impudeur à ses conséquences logiques, certains d’entre eux vont jusqu’à le qualifier de « soldat de la démocratie » : celui grâce à qui le Mali a vécu, deux décennies durant (1992-2012), une « démocratie exemplaire » jusqu’au 22 mars 2012.

Cette date est d’ailleurs considérée déjà par des faussaires intellectuels comme celle de la perpétration de l’ « attentat » contre une « démocratie modèle », plongeant le pays tout entier dans le chaos par éloignement d’ATT de la présidence de la République. À entendre des doctes de la désinformation, c’est à croire que le Capitaine Amadou SANOGO et les patriotes du « Comité National pour le Redressement de la Démocratie et la Restauration de l’État (CNRDRE) » sont entièrement responsables de la situation tragique du Mali d’aujourd’hui.

Lire la Suite

Share

Crise malienne, ou quand l’histoire bégaie…

Fruits rouges qui tend à analyser, comprendre et discuter l’actualité politique déconcertante venait juste de naître lorsque nous fumes interpellé par la situation malienne. Peu à peu le dossier Mali est donc devenu l’essentiel de ce que nous avons publié à ce jour, sans que nous parvenions à être exhaustif, car la réalité complexe de la situation et de la société malienne impose de tenir compte de plusieurs hypothèses. Tel qu’il est aujourd’hui le Dossier Mali n’ambitionne que de réunir les éléments de la discussion, nous ne prétendons pas détenir la vérité, mais la chercher. Aussi nous attendrons encore avant d’avancer une synthèse un peu sérieuse.

Le texte que nous publions ici penche pour un coup d’état instigué par les Etat Unis (USA). Dés le début  du dossier nous avons tenu compte des analyses venant de gauche condamnant un coup d’état militaire. Nous tenons particulièrement à confronter les positions des 2 seuls mouvements de gauche ayant une politique autonome et une implantation réelle dans la région à savoir Solidarité africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) au Mali et l’Union des Forces de Progrès (UFP) en Mauritanie. Il n’échappera à personne que ces deux mouvements ont une analyse diamétralement opposée, bien qu’étant des mouvements très comparables, par leur histoire, leur implantation et la qualité de leurs dirigeants.

La thèse d’un coup d’état perpétré par des agents américains, dont Sanogo, présentée ici, nous semble discutable même si elle semble étayée par plusieurs indices corroborant. Et dire que l’ordre viens de Paris et que les acteurs sont des agents américains nous semble un peu contradictoire même avec Sarkozy.

Nous nous devions pourtant par honnêteté de présenter cette thèse à nos lecteurs, vu la qualité des contributions de Ahouansou Séyivé à la compréhention des situations africaines que publie en général cet auteur.

Nous reviendrons dans un prochain article sur notre propre interprétation des faits.

Fruits rouges

————-

Crise malienne, ou quand l’histoire bégaie…

 par  Ahouansou Séyivé

publié lundi 9 avril 2012 par Alternatives et Cohérence

Diacouda Traoré, le nouvel homme fort du Mali

Le coup d’état mené par le capitaine Amadou Sanogo a atteint le but qui était vraisemblablement le sien : imposer à la tête de l’état malien un autre serviteur de la France, en la personne de Dioncounda Traoré. Quelques naïfs, se situant jusque parmi les membres de la classe politique malienne, charmés par la rhétorique héroïque et démagogue du capitaine Sanogo, ont accordé à sa confiscation temporaire de l’exécutif le bénéfice du doute. Pour le perdreau de l’année, cet homme était un patriote sincère, mu par le seul souci du bien-être du peuple et de la protection de l’intégrité territoriale du Mali. Lire la Suite

Share