Fruits Rouges

Réflexions sur le discours de l’Université du Cap, prononcé par Thabo Mbeki, le 16 février 2012.

Réflexions sur le discours de l’Université du Cap, prononcé par Thabo Mbeki, le 16 février 2012. (Voir ce discours)

Ahouansou Séyivé

par Ahouansou Séyivé

  publié le 27 février 2012 par  Alternatives et Cohérence


 Le discours prononcé par Thabo Mbeki (Université du Cap, 16 février 2012), largement repris par la presse et les sites d’information numériques du continent africain, a suscité un enthousiasme que nous nous expliquons difficilement. Le titre passablement trompeur, utilisé par les rédactions pour présenter les passages les plus marquants de l’intervention de l’ancien président sud-africain, participe autant que le contenu de l’intervention de ce dernier, à nous plonger dans un abîme de perplexité. L’accroche : «Thabo Mbeki : Voici comment nous devons défendre notre souveraineté», n’a pas été suivie, loin s’en faut, d’un texte à la hauteur des attentes que sa lecture a pu faire naître chez nombre d’africains. Vainement nous avons cherché dans les mots choisis par M. Mbeki, ou dans les concepts auxquels ils renvoyaient, le début de l’énumération des moyens devant être mis en œuvre pour assurer à l’Afrique la défense efficace de sa souveraineté, contre les agressions criminelles des coalisés occidentaux contrôlant l’ONU. Nulle explicitation du raisonnement intellectuel, précédant nécessairement la praxis, entraînant la fin de la mise en coupe réglée de ce continent que nous désirons indépendant, pacifié et prospère. Lire la Suite

Share

L’exigence de radicalité

AHOUANSOU SÉYIVÉ est un juriste africain. Il tient le blog Alternatives & Cohérence. Dans ce très beau texte aux accents prophétiques il trace une esquisse de programme pour que le continent africain enfin souverain prenne sa place de puissance dans le monde multipolaire qu’il voit venir. (Pour le moment l’hyperpuissance est toujours là et bien là). Sans bouder notre plaisir, constatons que ce qu’il imagine et appelle ressemble fort à un capitalisme d’état Panafricain. L’humanité attend autre chose de nous …

Fruits Rouges

——————————————-

L’exigence de radicalité.

 par Ahouansou Séyivé

Sonnée par la violence déchainée sur son sol en cette année 2011, l’Afrique se rend à l’évidence : l’impérialisme occidental n’est pas mort, loin s’en faut. Les deux guerres, menées coup sur coup en Côte d’Ivoire et en Libye, en sont l’illustration frappante.

Elles dessinent en creux l’image d’une Afrique cinquième roue du carrosse de l’économie mondialisée, jouet mille fois cassé puis recollé de puissances occidentales désireuses de modeler le monde à leur seule convenance. Lire la Suite

Share

« Il est temps maintenant de redéfinir ce qu’est le vrai bonheur et la vraie richesse »

Si la catastrophe politique qui a frappé le Mali, menaçant une grande partie de l’Afrique, a mobilisé toute notre attention, nous n’oublions pas cette autre catastrophe qui hante le monde depuis le 11 mars 2011, celle de Fukushima.

Au Mali le séisme de la chute de Kadhafi n’aurait pas provoqué la catastrophe actuelle si l’élan révolutionnaire de 91 n’avait été confisqué par une « transition » débouchant sur vingt ans d’incurie, de non-développement ou les mêmes « élites » (politiciens, bureaucratie, bourgeoisie compradore improductive)  se sont employées servilement mais avec zèle à brader les richesses du Mali (chemin de fer, coton, sous-sol, terres et même l’aéroport) aux prédateurs qu’on appelle « investisseurs », les multinationales. Comme « ils » n’ont pas d’autre politique (c’est celle du FMI après tout), quel mal y-a-t-il à ce qu’ils s’enrichissent ? Leur seul crédo : la ruine du pays doit me profiter un peu. Certes la paupérisation au Nord comme au Sud, la famine en cours au Nord, la révolte Touareg, AQMI et les autres, la défaite de la nation malienne, ils n’y sont pour rien… La révolte militaire suivie par le peuple, c’est un peu contrariant. Mais la CEDEAO, la France, les USA, …, veillent et ils comptent bien profiter de la nouvelle « transition » pour revenir aux « affaires ».

Au Japon, les politiciens sont si liés à Tepco et Areva qu’ils leur ont appris à penser. Eux aussi ne voient pas d’autre politique possible que de recommencer les mêmes erreurs, car leur seul horizon c’est les dividendes des multinationales et la raison d’état leur commande de réouvrir des centrales, au péril de leur peuple.

Au Mali comme au Japon le peuple paiera encore cher tant qu’il n’aura pas trouvé en son sein les dirigeants qui lui seront fidèles parce qu’il saura les contrôler.

Fruits rouges

Message de Kokoro Fujinami, 15 ans,

manif anti-nucléaire à Tokyo le 11.02.2012

 

Agée de 15 ans, Kokoro Fujinami est une chanteuse japonaise, sorte d’idole télévisuelle des jeunes, que la catastrophe de Fukushima a transformé en militante antinucléaire. Le 11 février 2012, lors d’une manifestation au parc Yoyogi de Tokyo, elle a exprimé sa vision de la catstrophe de Fukushima face à 12 000 personnes. Grâce à un enregistrement mis en ligne, on peut aujourd’hui écouter ce que la jeunesse a à dire au monde.

Pour lire le texte de l’intervention, aller sur l’excellent site fukushima.over-blog.fr OU à la fin de cet article.

——————

Que croyez-vous que font les dirigeants japonais face à cet appel et à la mobilisation populaire ? Et bien oui ils redémarrent une centrale !  Lire la Suite

Share

Chroniques d’une catastrophe, les Français hors d’Afrique

Chroniques d’une catastrophe,

les Français hors d’Afrique

par Raharimanana, écrivain malgache

L’Afrique est absente de la campagne pour l’élection présidentielle française. Pourtant, l’Hexagone ne peut pas se passer du continent. Le regard sans concession de l’écrivain malgache Raharimanana.

Le président français au sommet Afrique-France de Nice, 1er juin 2010. AFP PHOTO LIONEL BONAVENTURE
Share

Préparation du Forum Social Mondial 2013 en Tunisie

Communiqué :

Préparation du

Forum Social Mondial 2013

en Tunisie

Tunis du 14 au 17 avril 2012

Suite à la décision du Conseil International du Forum Social Mondial
d’organiser la prochaine édition en Tunisie en 2013, le Comité de
suivi Maghrébin, le Comité de Pilotage du Forum Social Tunisien et le
Forum des droits tunisien pour les droits économiques et sociaux ont
organisé du 14 au 17 avril 2012 une série d’activités préparatoires en
Tunisie. Lire la Suite

Share