Fruits Rouges

A PROPOS D’INTERNATIONALISME

cropped-fruits-rouges.jpgExtrait de la lettre de notre bord du 01/06/14. Retrouver la dans son intégralité sur le site Culture et révolution

Une fois de plus, c’est encore le même parti qui vient de remporter les élections haut la main : le MEDEF, le parti du grand patronat. Ce parti gagne toutes les élections sans même avoir à présenter de candidats. Il lui suffit de financer certains partis et de mettre en ordre de marche les médias qu’il possède et contrôle, et l’affaire est dans le sac. Il lui suffit de compter sur le fait que nombre de citoyens ont intériorisé et ne contestent pas les éléments fondamentaux sur lesquels reposent le capitalisme (la marchandise, le travail, le capital, l’Etat, etc.) pour qu’aucune menace, aucun désagrément ne puisse survenir pour les intérêts des classes dominantes.

Lire la Suite

A lire : un extrait de « La Révolution fut une belle aventure » de Paul Mattick

arton5149

Paul Mattick, 

La Révolution fut une belle aventure

(Des rues de Berlin en révolte aux mouvements radicaux américains 1918-1934),

L’échappée,

coll. « Dans le feu de l’action »,

2013, 192 p., 17 €.

Né à Berlin en 1904, le jeune ouvrier berlinois Paul Mattick adhère à 14 ans à la Frei Sozialistiche Jugend – une organisation à gauche de la social-démocratie – et encore adolescent participe avec enthousiasme aux tentatives révolutionnaires qui suivent la fin de la Première Guerre mondiale dans les rangs du KAPD – un parti communiste conseilliste non inféodé à Moscou – échappant de peu à la mort à plusieurs reprises. Il vit alors au jour le jour et participe aux cercles d’avant-gardes artistiques et littéraires qui fleurissent durant cette période.

Avec le reflux, il décide de tenter sa chance aux États-Unis en 1926 où il s’établira jusqu’à sa mort en 1981. Là aussi ouvrier d’usine, il adhère au syndicat révolutionnaire IWW et s’engage dans le puissant mouvement des chômeurs qui suit la crise de 1929. Celui-ci s’organise sous la forme de conseils : ce sera, dit-il, « la plus belle période de ma vie » (lire l’extrait ci-dessous). Avec le New Deal, la révolution n’est plus à l’ordre du jour et Mattick se consacre à des travaux théoriques afin de démontrer, à l’encontre de Keynes et à la suite de Marx, que ce dernier a découvert « la contradiction interne au système de production capitaliste » qui « porte en lui le germe de sa désintégration ».

Ce témoignage exceptionnel, servi par une belle édition, éclaire un courant politique méconnu qui participa aux luttes pour changer le monde par en bas au profit du plus grand nombre.

(merci à Charles Jacquier pour l’introduction et l’extrait)

Le mouvement des chômeurs

La dernière grande grève menée par les IWW s’est déroulée en 1927 dans le Colorado.1 Ils comptaient à ce moment-là 20 000 membres, dont 500 à Chicago.Ce fut un échec qui amorça le déclin de l’organisation. Par la suite, l’activité des wobblies s’est effondrée, surtout dans les grandes villes. Lire la Suite

« L’Aube des Damnés » de Ahmed Rachedi (1965)

« L’Aube des Damnés »

Scénario : René Vautier, Ahmed Rachedi, Mouloud Mammeri
Commentaire : Mouloud Mammeri
Image : Nasreddine Guenefi
Montage : Rabah Dabouz
Avec Sid Ahmed Agoumi,
Samia, Mahdia Magroufel, Hamou Saadaoui, Daniel Boukman, Salah Teskouk.

Ce film est un montage d’images d’archives sur l’histoire de la colonisation en Afrique et sur les luttes de Libération. Sur un commentaire de Mouloud Mammeri.

Comment Cuba survécut en 1990 sans pétrole

Comment Cuba survécut

en 1990 sans pétrole

 

 

L’humanité n’a jamais fait l’expérience de la pénurie totale de pétrole. Il n’existe qu’un précédent, à l’échelle d’un petit pays isolé: Cuba. Après l’effondrement de l’Union soviétique, ce pays a en effet connu une pénurie de pétrole comparable à celle qui frappera inévitablement le monde entier à moins qu’on ne la prévienne par des changements immédiats et radicaux dans les habitudes de consommation de l’énergie.

Le peuple cubain a su faire preuve d’une solidarité exemplaire qui l’a rendu capable, entre autres exploits, de transformer complètement son agriculture en une dizaine d’années. Les tracteurs et les fertilisants russes avaient en effet permis à Cuba, dans le cadre de sa révolution verte, de se doter d’une agriculture plus industrialisée encore que celle des États-Unis, produisant de grandes quantités de sucre destiné l’exportation et important une forte proportion de sa nourriture, 50% de son riz par exemple. Aujourd’hui, le pays est autosuffisant et après avoir redécouvert les vertus de la petite ferme privée et celle du jardinage urbain, il exporte des spécialistes de l’agriculture biologique dans le reste de l’Amérique latine.

L’équipe américaine qui a tourné le film Le pouvoir des communautés, lequel relate l’histoire de la réaction cubaine à la pénurie de pétrole, a voulu démontrer que c’est seulement en suivant l’exemple des Cubains, en faisant preuve des mêmes qualités, que les populations des autres pays du monde, à commencer par celle des États-Unis, pourront trouver une solution heureuse aux problèmes résultant du manque de pétrole. Soit dit en passant, c’est après avoir vu le film Le pouvoir des communautés que Rob Hopkins et ses amis ont décidé de créer les premiers groupes Transition Towns.

Il y a 38 ans au Portugal : la révolution des Œillets

Le texte suivant que nous présentons à la sagacité de nos lecteurs est un extrait du brillant travail universitaire d’Ana Saldanha intitulé :

« Révolution des Œillets : transition sociopolitique

et démocratisation au Portugal »

Il a été publié dans le n° 13 de la revue ILCEA (Institut des langues et cultures d’Europe et d’Amérique) publié en 2010 et ayant pour thème : « Les voies incertaines de la démocratisation ». Nous ne saurions trop conseiller la lecture intégrale de l’article qui est consultable en ligne sur le site de l’ILCEA

Les 2 chapitres que nous avons choisis traitent de la période qui va du 25 avril 1974 au 25 novembre 1975.

Il y a de grandes similitudes avec la situation malienne, et s’il faut s’inspirer des luttes du passé, pour préparer l’avenir, espérons que ce texte sera de quelque utilité à la jeunesse malienne (et à celle du monde). Mais comparaison n’est pas raison et il y a aussi des différences, bien entendu.

Nous y reviendrons dans un prochain article.

Fruits rouges

————-

La Révolution du 25 avril 1974

La caractérisation de l’action militaire qui a permis la chute du gouvernement de Marcello Caetano le 25 avril 1974 n’est pas unanime : l’on parle de coup d’État militaire, de processus révolutionnaire, de révolte. Or, nous considérons que dans la nuit du 24 au 25 avril, il y a eu un coup d’État militaire qui prétendait prendre le pouvoir mais qui s’est transformé, très rapidement, en une révolution. Ainsi, le soulèvement militaire a été suivi 1o d’un soulèvement dans d’autres unités militaires qui ne participaient pas au mouvement initial des capitaines et 2o d’une forte mobilisation et intervention populaires. La synthèse qui en résulte a ainsi transformé ce qui semblait être un simple coup d’État militaire en une révolution. Cette union a d’ailleurs constitué la particularité du processus révolutionnaire portugais et marque les transformations sociales qui suivront. De cette union est née la consigne Peuple-MFA, qui symbolise l’étroite relation qui s’est établie entre les forces armées et la population. Lire la Suite